Par « lien social » nous désignons les liens établis entre les individus qui forment une collectivité humaine quelconque, famille, tribu, nation, entreprise, etc.

En s’inspirant des trois formes de « philia » d’Aristote, on peut schématiquement distinguer trois formes de lien social :

  • le lien communautaire (« involontaire »), caractéristique de la famille ou de la tribu ;
  • le lien politique (« volontaire ») entre les concitoyens ;
  • le lien économique (« nécessaire »), caractéristique du marché.

Bien entendu, n’importe collectivité concrète articule singulièrement les trois formes.

A ces trois formes canoniques du lien social, on peut ajouter les liens de « classe » (Prolétaires de tous les pays…), les liens tissés par la religion, et les liens plus ténus qui attachent plus ou moins durablement ceux qui partagent les mêmes idées ou les mêmes goûts. Internet favorise la constitution de telles pseudo-communautés dites « virtuelles ».

Dans la perspective de la globalisation, le lien social marchand tend à devenir hégémonique par rapport au lien politique, voire au lien communautaire. Toutefois, le marketing et la publicité s’emploient à évoquer toutes les formes du lien social pour motiver l’achat (produits « ethniques », investissements « socialements responsables », etc.).

Les articles

Afficher tous les articles de la catégorie